Le couple heureux qui se reconnaît dans l'amour défie l'univers et le temps; il se suffit, il réalise l'absolu...
Simone de Beauvoir

vendredi 30 avril 2010

Entre fou-rire et coup de gueule



Tout commence au début de la semaine, avec un article trouvé sur la page Facebook de mon amie Isabelle, la talentueuse artiste peintre. Isa peint avec passion une nature à laquelle elle déclare son amour. D'un coup de pinceau, elle exprime l'essence même d'un corps, d'un arbre, une touche, un mouvement... La vie.
Elle termine courageusement son doctorat en éducation artistique à l'université Concordia de Montréal et voici ce qu'elle vient de découvrir au musée national des Beaux Arts de Québec:

Essayez de zoomer sur l'image pour voir le délire verbal qui accompagne le dessin! Et voici le commentaire coup de gueule de ma copine:

"Le numéro 218, printemps 2010, de La Vie des Arts publie ce mois-ci un article édifiant de Jean-Émile Verdier sur Stéphane La Rue, intitulé "La Responsabilité de peindre".
Je cite : "Les oeuvres de Stéphane La Rue sont d'apparence sobre. Le nombre de décisions prises pour les réaliser est réduit au minimum. On devine cependant que pour arriver à un tel dépouillement, il a fallu un long travail préparatoire certes avec de nombreux essais et beaucoup de ratages. Ce n'est pas sur la difficulté d'exécution que l'artiste capitalise. De fait, la pratique artistique n'en est plus là, son appréciation du moins ! L'a-t-elle déjà été d'ailleurs ?"
Dans le texte original, cette phrase souligne une toile blanche, façon Malévitch. Pas très original : depuis 100 ans on ne compte plus les peintres qui, génération après génération, s'évertuent à peindre des toiles blanches ...
En page suivante, l'oeuvre que je présente ci-dessus en illustration, avec un discours du même acabit. Il s'agit ni plus ni moins d'une feuille de papier millimétré avec une croix au feutre noir fin tracée dessus et, encore plus fort, une deuxième croix, grise.

Mais que suis-je donc allée faire dans cette galère ? À perdre mon temps avec des gens qui s'extasient devant ce qui à mon avis n'est past de l'art, mais juste de la communication médiatique ? Des choses qui, de surcroît, se retrouvent exposées au Musée National des Beaux-Arts de Québec, c'est-à-dire que nous payons avec nos impôts !"

Pour essayer de lui remonter le moral, je lui ai rappelé le temps pas si lointain (1 mois? 2 mois?) où je lui exprimais mon admiration, moi l'handicapée du fusain qui n'a jamais été capable de tracer une perspective. Et je lui ai dit que, ma foi, au vu de cette magnifique œuvre de Stéphane Larue, je me sentais somme toute assez capable de laisser libre cours à mon imagination et à mon talent caché. Et j'ai pondu, moi aussi!......... Ceci (intitulé Trinité):



Effectivement! Je confirme! Il m'a fallu un long travail préparatoire disons.... d'un gros 5 minutes! Une chose est certaine, c'est que, comme vous n'appartenez pas au cercle des "INITIÉS" , petits cafards terrestres que vous êtes, afin que vous puissiez comprendre le sens de ma démarche, vous trouverez ci-dessous, à l'instar de mon éminent collègue Stéphane Larue un petit texte explicatif pour bien saisir toute la sensibilité de mon engagement:
"Dans l’envol artistique qu'on recherche , nous nous escrimons à laisser de côté comme inexprimable ce qui est précisément cette expression même de la douleur et à nous attacher à en éprouver le plaisir sans la connaître jusqu'au fond. Nous parlons d’un concept menaçant qui reste suspendu dans l’espace et qui est en fait la racine personnelle de notre propre impression de l’attachement terrestre. Dans les moments mêmes où nous sommes les spectateurs les plus désintéressés de la nature, de la société, de l'amour, de l'art lui-même, comme toute impression est double, à demi engainée dans l'objet, prolongée par une autre moitié que seuls nous pourrions connaître, nous nous empressons de la renier et nous ne tenons compte que de l'autre moitié ne pouvant pas être approfondie parce qu'elle est extérieure. L’exaltation de la trinité de l’objet nous entraine en réalité vers un repli sanglant et tourmenté qui nous égare dans les méandres de son aberration universelle. Ainsi, l’esprit le plus pragmatique ne pourra renier l’ambivalence instinctive du supérieur vers son néant, tout au plus alimenter de son dédain la réfraction de la forme éternelle."

Alors ? Dans le genre foutage de gueule artistique, vous votez pour qui? Stéphane Larue ou moi?

Bisou les gens !!!

14 commentaires:

  1. Je vote pour toi bien sûr! je suis pliée en 4, non en 8! de rire!
    Alors qui dit mieux????
    Mon Dieu, on est tombé bien bas dans le néant de l'aberration!

    RépondreSupprimer
  2. c'est du grand n'importe quoi, en plus je trouve que ton "travail" est 100 fois même plus, meilleur que celui de ce stéphane larue, c'est incroyable d'exposer de telles horreurs et surtout de faire croire que ce sont des oeuvres, c'est un réel foutage de gueule artistique comme tu dis, et un manque de respect au public
    mais que cela ne vous empêche pas de passer une bonne fin de semaine tous les deux.
    hé hé dans 13 jours nous serons prêt à partir, bon il faut encore que je me mette aux valises, mais avec votre météo capricieuse, je ne sais pas encore trop quoi emmener

    RépondreSupprimer
  3. Superbe oeuvre artistique "tictactoesque"!!!

    RépondreSupprimer
  4. Merci de faire partager mes déboires artistiques sur ton blogue !
    Hier encore, à un colloque à l'Uqam, Stéphane Larue a été cité pour son travail sur le monochrome. J'ai failli exploser. Je ne voudrais pas descendre le milieu universitaire, car je connais des personnes très bien à Concordia, mais quand même ... Je crois bien que je vais le laisser tomber, ce fichu doctorat qui ne m'apporte rien sinon un bon gros burn out. Vive la peinture, et la vraie : celle qui vient du coeur ...
    Et bien sûr que oui, je vote pour toi :-)

    RépondreSupprimer
  5. Alors comme ça tu plagies un "immense talent éjaculateur précoce " de l'art contemporain, l'as tu intitulé "change surtout pas de main, ça vient trèès vite"

    On aura tout vu! M'en vais te dire une chose, ce type a t il un blog? combien vend il ce genre de machin pour inculte-snob-bobo-crétin? Parce que s'il le faut on va pouvoir lui pourrir grave!
    Gros bec frisquet en cet après midi de fête du travail!

    RépondreSupprimer
  6. Je ne sais pas s'il a un blog, mais il est exposé au Musée National des Beaux-Arts de Québec.

    RépondreSupprimer
  7. Sans hésitation pour toi. c'est certain quand Isa voit de telles horreurs...........Qu'en pense-t-elle? bises a vous 2

    RépondreSupprimer
  8. Sans hésitation pour toi.Surtout qu'Isa n'abandonne pas sa peinture, les autres en reviendront.
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. C'est du grand n'importe quoi ... Je vais ressortir mes croquis de mes cours de maths : leçon géométrie dans l'espace et les proposer à ce charmant artiste pour ses prochaines expos!
    Moi aussi je vote pour toi, on pourra rajouter dans la critique de ton œuvre la fascinante invitation au souvenir ludique que chaque individu verra de manière individuelle :)

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Cherrybee

    Vraiment magnifique la maison et aménagée avec bon goût !!!! Ca donne envie !!
    Pour les billets du Tatoo, c'est pas difficile. réservation par tel et retrait sur place. Je pense que pour le moment, c'est trop tôt.
    Au plaisir !

    RépondreSupprimer
  12. Moi aussi je vote pour toi.... puff du grand n'importe quoi... enfin y'en a qui ne se sente plus... mais là a dire de l'art et d'etre en plus au musée! c'est du grand n'importe quoi... il doit s'en doute connaitre quelqu'un lui!

    bisous et courage à Isabelle!!!

    RépondreSupprimer
  13. L'abeille masquée3 mai 2010 à 21:21

    Et avec ça, je suis presque sûre qu'il couche!
    Sinon, ça se peut pas! Lol

    RépondreSupprimer
  14. moi de toute facon je prefere le lard a l'art...

    RépondreSupprimer

Je ne vous mangerai pas ....Allez... Laissez un com...
Ça fait tellement plaisir!